Fin de saison dans les champs pour le club Vosgien

5 décembre 2016 Gilbert Rieger Nos sortiesRANDO

 

« Il n’y a pas eu tromperie sur la marchandise. » Voilà ce qu’auraient pu dire les participants à la randonnée hivernale du club vosgien de Haguenau-Lembach pour sa trente neuvième édition.  Mais qui irait se plaindre de la météo de la journée, il a fait beau, ce qui est rare pour la saison. Plein succès pour « Pierrot Nouvier », qui, a une fois de plus a décroché le pompon en rassemblant, en cette fin de Novembre, plus de 50 amateurs de la randonnée pédestre. Cette année, le thème était « La Basse-Zorn méconnue ».

Le temps de quelques heures de marche à pied, le groupe s’est laissé séduire par cette balade atypique en partie au bord de l’eau. Cet écrin romantique jalonné d’anciens lieux de baignades, de moulins et de lavoirs, a charmé  sans nul doute les plus exigeants.

 

A propos de ce circuit : Les 12 kilomètres ont été « avalés » en 3h00, avec le départ au Liedel à Weyersheim. Le tracé sillonne aux bords de la Zorn, pour rallier Geudertheim.  Les circuits découverte pédestres sont aménagés et destinés à promouvoir les richesses naturelles et patrimoniales du territoire.

En logeant la Zorn, les marcheurs étaient surpris par sa couleur brun-jaune. Cette teinte provient du processus d’érosion des fertiles collines de lœss sur les hauteurs de Brumath. La rivière est belle. Des panneaux pédagogiques expliquent la faune et la flore d’une manière simple. A Geudertheim, le randonneur a pu admirer sur son passage, des églises, leurs presbytères,  des corps de ferme encore en exploitation, des anciens lavoirs, un ancien moulin et principalement les viaducs ferroviaires entre Hoerdt et Weyersheim. Les plus curieux purent se faire une idée comment les gens vivaient, par le passé, en  contemplant les champs, les prairies, les oseraies et tous les aménagements que leur offrait la nature. Même la faune était de la partie. Les randonneurs ont pu observer une harde de chevreuils composée d’environ 12 têtes, c’était magnifique.

À la sortie de Bietlenheim, l’atelier de jus de pommes a pour vocation la sensibilisation du public à la préservation des vergers. Chaque arboriculteur amateur ou particulier peut y déposer ses pommes, suivre le processus de fabrication et repartir une heure plus tard, avec son jus embouteillé.

La fréquentation de ces lieux se généralise. Avec l’urbanisation accélérée, le développement de la voiture et l’augmentation du temps libre, la société française, en pleine transformation, découvre massivement le plaisir de la sortie en allant vers ces espaces verts.

Jusqu’à présent, tous les ingrédients d’une marche hivernale étaient réunis: une bonne météo pour marcher, un terrain au « relief adapté » au groupe, des paysages bucoliques.

L’accueil dans un restaurant local à Weyersheim était très généreux, malgré un léger retard dû au bavardage de quelques personnes qui s’étaient perdues de vue depuis l’année dernière.

 

Joseph Burckel

 

Une photo accompagne le texte

 

Novembre 2016

Comments are currently closed.